<

baisse des tarifs dans le privé

26 janvier 2006

L’hospitalisation privée ignore quelle sera la baisse des tarifs
Sandra Boutin (egora.fr)
La baisse annoncée des tarifs hospitaliers va sans doute être contraindre la Générale de santé à geler certains projets cette année, a annoncé aujourd’hui Daniel Bour, président du Directoire de la Générale de santé, groupe qui représente 15 % de parts du marché de l’hospitalisation privée en France, lors de la présentation de ses vœux à la presse. Il a cependant reconnu que la Générale de santé fera face à cette situation : « c’est le propre des grandes entreprises que d’être capables de résister à ce genre de nouvelles », note-t-il.

La Générale de santé reproche par ailleurs au gouvernement sa méthode de concertation qu’elle juge particulière. A ce jour, pointe en effet Daniel Bour, l’hospitalisation privée ignore tout de la baisse des tarifs qui devrait intervenir le 1er mars prochain. « On est entendus par le ministère de la Santé, c’est un fait, mais il n’y a aucun retour, on ne nous informe de rien. Ce que nous savons de la baisse des tarifs, c’est ce que nous lisons dans les journaux ». S’il se dit « favorable à la rigueur budgétaire », Daniel Bour reproche au ministre de la Santé de ne pas négocier à proprement parler avec le secteur hospitalier privé.

La tarification à l’activité, installée à 100 % dans les cliniques en mars dernier, prévoit qu’en cas d’accroissement trop important de l’activité, comme cela a été le cas en 2005, les prix baissent. C’est l’effet prix-volume.

2002 - 2017 - © CIARCR | |