<

Editorial 10 MARS 2006

10 mars 2006

Ce n’est pas parce que l’on se soumet à un cadre défini par une DHOS éloignée du terrain, que des IADE puissent ne pas penser un seul instant ,que l’Anesthésie nocturne d’urgence est une chose particulièrement délicate. Or, à CAEN,nous pensons qu’il faut perpétuer les pratiques comme nous le faisions depuis des décennies ,simplement parce que cela marchait bien. Une Garde ,car nous parlons de Garde , a toujours le même profil qu’avant le décret du 4 Janvier 2002. Son côté imprévisible tant en durée ou intensité,avec la lucidité ,la précision et le don de soi que cela peut parfois supposer. Dans ce cas là il faut appréhender les choses à 200 % de ses moyens plutôt qu’à 60%  Nous sentons que la Direction Générale tend à nous amener à ce dernier chiffre. En professionnels avertis et expérimentés nous tirons la sonnette d’alarme . De même que ”l’ Anesthésie à quatre mains” est toujours celle qui donne les meilleurs résultats en ce qui concerne l’efficacité ,la sécurité et le confort, nous nous devons à tous les niveaux de perpétuer ce qui apportera quelque chose de plus à cette sécurité . C’est pourquoi à CAEN,nous pensons que dans ce PLUS ,il y a également la chambre de garde . Nous considérons cet aspect comme une “Loi coutumière“ répandue dans les hôpitaux du Territoire National. Pour bien travailler il faut sentir que l’on vous apporte TOUT afin de pouvoir donner TOUT.  Les transats disposés dans un lieu collectif, mixte dans tous les sens du terme est indigne et ,nous sommes atteints en deux points sensibles à savoir la sécurité et la dignité.

E.PODYMA

2002 - 2017 - © CIARCR | |